LE S.I.S Whaddon MK III : appelé Tinkerbox


                                                                                         

                                                                                                                     Photo de l’original

Emetteur clandestin élaboré par Wil LILBURN et  Bob Hornbe en 1938

En surfant sur le Net mon attention fut attirée par un site dénommé Old fox Company de JOS ON6WJ.

Ce site décrivait la construction d’une réplique d’un émetteur utilisé dans les ambassades et services du Royaume Uni

dans les années 1939. Il était le pendant du poste récepteur HRO bien connu des radioamateurs.

Il n’existe aucune documentation ni schémas officiels de ce poste, si ce n’est quelques photos prisent par Tony Walton

VK3NHL, lors de ces voyages en Angleterre, au Bletchley Park où se trouvait pendant la guerre les services de décodage

des messages de l’armée allemande qui utilisaient la machine « Enigma » et dont les messages étaient très difficiles à décoder.

Le poste se trouvait dans un local interdit au public, mais grâce au bon contact avec le gardien qui était aussi radioamateur

il put y pénétrer, c’est le seul exemplaire de ce poste qui existe encore. Il s’agissait du poste construit et employé par 

Hornbe lui-même pendant son travail d’agent secret.

L’envie me prit d’exécuté également une réplique de ce poste et je commençai à chercher sur le web d’autres renseignements.

Je trouvai deux sites.

Celui de l’américain Gary Giles KF9CM qui fit une mise au net du schéma relevé sur place en Angleterres par Tony Walton VK3NHL

et celui de Jos ON6WJ.

ON6WJ, ancien technicien de OSA Anvers radio estima qu’il y avait une erreur dans le schéma de Gary, et corrigea celui-ci afin

qu’il puisse être opérationnel. A l’heure actuelle il émet avec son poste lors de concours.

                                                                                                          

                                       

 

Remarque : le schéma d’origine était conçu pour les fréquences employé par les services de renseignements. Le schéma et les

 bobinages de ON6WJ sont conçu pour trafiquer :  en 40,60 et 160 m

Bon, c’était une bonne idée cette réplique mais en fait pas si simple que cela du fait de manque de renseignement. Je décidai

de suivre le schéma de Jos ON6WJ pour la partie électrique et celui de Gary pour la disposition des différents éléments.

La première chose à faire était de décider comment faire le châssis, en aluminium, en plaque de circuit imprimé, ou en métal.

Quelle forme lui donner. Pour ma part vu mes difficultés à façonner le métal j’optai pour une plaque d’aluminium sans retour

du côté arrière n’ayant pas de plieuse à ma disposition, mais je fus obligé d’ajouter une tôle d’aluminium sur la face arrière,

fixé sur une équerre, pour la prise d’antenne, un jack pour le manipulateur ainsi que l’arrivée de courant.

Deuxième difficulté le perçage des trous, vu que ceux-ci ont jusqu’à 32 m/m.

Ensuite il faut fouiller dans ses tiroirs pour trouver les pièces d’époque se rapprochant le plus possible des valeurs du schéma,

en fait c’est la première chose à faire, car si on ne dispose des pièces, d’origine de préférence, il est inutile de commencer.

La plaque avec les cinq résistances visible sur l’arrière ne correspond pas au montage d’origine, mais n’ayant pas trouvé les

résistances dont les valeurs correspondent aux schéma, ON6WJ a du usé d’une astuce, il en fut de même pour moi, mais j’espère

 toujours de trouver les résistances Ad hoc.

Les transfos donnant 600 volts de haute tension, 6,3 et 5 volts pour les filaments prévus pour le poste ne courent pas les rues et

sont très chers.

Je me suis donc contenté d’un gros transfo de radio donnant 2x 220 volts soit 400 volts de haute tension, et 6,3 et 5 volts de tension

 filaments.

Pour les lampes il n’y avait pas de problème, il y en avait encore dans mes tiroirs, de même pour les condos fixes et variables ainsi

que les résistances. Par contre le S-mètre est une réplique réalisée par Gary KF9CM.

N’oublions pas les quartz, devenu rares ou chers à l’achat.

Une fois le châssis percé, suivant le gabari dessiner par KF9CM, il faut réaliser la face avant, celle-ci doit être en une matière rigide,

 perçable et pouvant être mise en peinture.

 

                    

        

Ayant demandé à un ami de faire des tests, le montage fut déclaré bon pour le service exposition.

Vint ensuite la fabrication de la face avant et de la boite devant contenir le châssis, encore une fois grâce un ami bien outillé

la chose fut assez simple, mon boulot c'est résumé au vernissage de l'ensemble.

 

                      

 

Et comme toujours dans ces cas, une fois terminé on se demande : où le mettre.

Ce poste étant l'émetteur qui était accouplé au légendaire récepteur HRO il ne restait plus qu'à restaurer un de ceux-ci.

Je l'ai importé des USA et ma foi il était en assez bon état. Vérification des condensateurs, des résistances, tester les lampes,

OK contact …rien.

Bon il faudra approfondir les travaux de restauration.

1)      Démontage du vernier

       Remplacer les petits ressorts qui étaient tordu, par chance j'en ai trouvé deux nouveau, plutôt rare.

2)     Dépoussiérage des lames des condos

3)     Nettoyer tous les points de contacts

4)     N'oublions pas la chasse aux "tiroirs"

5)     Nouvel essai et eurêka j'entends parler.

Il ne reste plus qu'à le mettre dans la boite. Etant donné qu'il s'agit d'un poste à encastrer, il a fallu construire une caisse,

 faire une alimentation, un HP.  et  poser l'ensemble sur un coin du bureau avec le MKIII à ses côtés.


                     

 

     

                                                         

 

                         

 

Chaque poste HRO est immatriculé, celui-ci porte le numéro M825