Le PARASET ou plus exactement  le Whaddon Mk XII.

 

Voilà un poste qui a déjà fait couler beaucoup d’encre.

Il y a quelques années les premiers radioamateurs qui s’étaient aventuré dans la construction de réplique de ce poste, étaient  ON5LJ (le premier en 1990), ON9CFJ, SM7UCZ, IK0MOZ (en 2001) et IK5FUZ.

 

A l’heure actuelle nombreux sont ceux qui ce sont lancé à faire des répliques de ce poste, il y a même en France un OM (F6EJU qui les fabriques en série).

Des clubs se sont également créés  pour trafiquer avec ce poste.

 

Voilà déjà plusieurs années que j’avais commence la réalisation d’une réplique, mais le projet à moitié commencé est resté inachevé pendant longtemps.

C’est au début de cette année 2010 que je décidai de reprendre les choses en mains.

Question pièces il n’y avait pas trop de problèmes, en effet cela faisait quand même plus de trente ans que je collectionnais les radios et tous les accessoires que je trouvais dans les brocantes ou les fonds de tiroir  de mes amis.

 

Je crois que ce qui m’a donné le plus de fil à retordre, fut  de trouver des mandrins pouvant convenir à fabriquer les selfs, il fallait le bon diamètre, de la solidité et conforme à ceux d’origines.

 

Ensuite  il y a eu la fabrication de la self de choc de 36 Henry, il n’y avait qu’une solution, la bobiner soi même. Il a fallut d’abord trouver le transfo pouvant convenir (transfo de sortie) ayant les bonnes dimensions, adapté au châssis  du Paraset (pas beaucoup de place), débobiner le transfo, trouver du fil très fin, et rembobiner un maximum de tour. ( merci Jean Pol pour l’aide, depuis je me suis fabriquer une petite bobineuse)

 

L’étape suivante : écumer les sites web  pour trouver le schéma correct, ainsi que tous les renseignements  (valeur des résistances et condensateurs) nécessaires.

En lisant les divers textes concernant le Paraset on apprend qu’il y eu différent modèle qui furent construit, en effet il y avait une grande pénurie de matériel en Angleterre et ceux-ci employèrent pour la construction de ces postes le matériel de fond de tiroir des magasins.

 

Pour simplifié on peut dire qu’il y a deux modèles, le premier était installé dans un coffret en bois, il n’y avait aucune inscription sur la face avant si ce n’est un numéro de série. Le manipulateur était très rudimentaire, une simple lame qui établissait un contact avec un plot.

Le deuxième modèle était construit dans un boîtier métallique et certaines inscriptions tel que le type de lampe par exemple, était indiqué sur le châssis.

Notons également que sur le modèle  en bois, les prises casque et alimentation sont inversées par rapport au second modèle.

 

J’ai choisis le schéma  fournit par  SM7UCZ,  celui-ci a été relevé en démontant un vrai Paraset de la WWII, ce qui a permit de faire des mesures exactes de toutes les valeurs des composants.

 

J’ai décidé de faire la deuxième version, mais monté dans une caisse en bois, étant donné que je n’avais pas la possibilité de fabriquer une caisse métallique, et les inscriptions sont également manquantes.

 

Il m’a fallut également faire une réplique du manipulateur, qui sur ce modèle était un peu plus sophistiqué.

 

La seule pièce que j’ai dut faire venir des USA est la prise  ‘’ Jones’’  pour l’alimentation.

 

Divers modèles d’alimentation était prévu pour ce poste, soit sur secteur, soit sur batterie. La mienne n’a rien à voir avec celle d’origine, il s’agit  d’un transfo Philips avec une EZ80.

A ma grande honte je doit avoué que lorsque j’ai vu la photo de l’alimentation sur batterie je me suis aperçu que j’en avais eu une mais que je l’ai démonté un jour ne sachant pas ce que s’était. C’est promis, désormais je ferai attention.

 

Après tout ce travail, il fut très agréable  d’entendre que cela fonctionne.

 

Fallait il faire un poste avec des composants d’origines ou des modernes ?

Ceux qui trafiquent avec leur poste doivent bien entendu utiliser des composants moderne.

Mais s’il s’agit de faire une copie qui ne servira que de pièce de musée il est normal d’essayer de trouver les pièces d’époque.

 

Il me faut remercier les amis Oms qui m’ont aidé en exécutant les opérations mécaniques pour lesquelles je n’avais pas les machines nécessaires :

 

ON6QS   (Gilbert) qui m’a fournit la tôle coupé à mesure et pliée.

ON7KPR (Marc)qui m’a percé les trous pour les supports de lampe.

ON4DAB (Jean Pol)qui m’a fraisé les rainures du support de la clé morse, et couper les boiseries pour les coffrets.